L Es Formes L Ment Aires De L A Vie Sociale-PDF Free Download

L ES FORMES L MENT AIRES DE L A VIE SOCIALE
04 Sep 2020 | 9 views | 0 downloads | 29 Pages | 693.64 KB

Share Pdf : L Es Formes L Ment Aires De L A Vie Sociale

Export L Es Formes L Ment Aires De L A Vie Sociale File to :

Download and Preview : L Es Formes L Ment Aires De L A Vie Sociale

Report CopyRight/DMCA Form For : L Es Formes L Ment Aires De L A Vie Sociale



Transcription

14kaufclem 13 07 07 19 55 Page 8, LAURENCE KAUFMANN FABRICE CL MENT. sociologique que la vie sociale est tout enti re faite de repr sentations 5 Les faits. sociaux ne sont donc pas consid r s sur le m me plan que les choses mat rielles. car leur tude est indissociable de l attitude mentale qu il faut adopter leur. gard celle qui consiste pr cis ment les consid rer comme des choses 6. Il est commun ment admis aujourd hui dans la communaut sociologique. que la proposition de Durkheim est appr hender sous un angle m thodologique. et que les faits sociaux pour reprendre en le d tournant un terme de Bruno Latour. sont encore plus faits que les autres 7 Mais cette attitude prudente face l ontolo. gie des ph nom nes sociaux n est pas sans poser probl me la discipline. sociologique Comment en effet d finir les limites et les m thodes d une science. si celle ci ne poss de pas d objets ext rieurs suffisamment r sistants sur lesquels. centrer ses efforts de description et de compr hension Les p les th oriques autour. desquels s articule ce volume d Enqu te le naturalisme et le constructivisme. constituent deux types de r ponses cette question Pour les naturalistes l appa. rente absence d une forme de causalit sp cifique au domaine social justifie le. recours des l ments explicatifs issus d autres disciplines notamment la psycho. logie et la biologie qui privent la sociologie d une grande partie de son autonomie. Les constructivistes de leur c t consid rent que les faits sur lesquels s appuient. les autres sciences ne sont rien d autres que des constructions sociales mettant. ainsi toutes les disciplines scientifiques sur un pied instable d galit par. rapport l ontologie instable de leur objet, Dans les pages qui suivent nous allons tenter une interpr tation litt raliste de. la premi re r gle de Durkheim en soutenant qu une partie des faits sociaux. m rite bel et bien le statut ontologique qui est habituellement attribu aux. choses Leur ind pendance partielle par rapport aux esprits situ s qui les recon. duisent hic et nunc leur conf re une ext riorit qui rend envisageable l tude de. leurs propri t s causales Les faits sociaux bruts dont nous pr ciserons les. caract ristiques se diff rencient ainsi des faits institutionnels dont l existence est. suspendue au travail intentionnel des acteurs sociaux 8 Sans nier l existence d es. p ces sociales interactives nous allons donc nous concentrer sur les. ph nom nes sociaux qui b n ficient d une forme d indiff rence par rapport aux. esprits particuliers qui en un temps et en un lieu d termin s les investissent. Afin de d fendre cette th se quelque peu iconoclaste nous allons commencer. par rappeler la teneur du d bat ontologique dans lequel les sciences sociales sont. engag es Dans un deuxi me temps nous proposerons une s rie d arguments qui. 5 E Durkheim Les r gles de la m thode sociologique p XI. 6 Ibid p XIII, 7 B Latour Petite r flexion sur le culte moderne des dieux faitiches Paris Les emp cheurs de penser en rond. 8 J R Searle The construction of social reality Allen Lane Penguin Press 1995 F Cl ment L Kaufmann. Esquisse d une ontologie de faits sociaux La posologie de John Searle R seaux 79 1996 p 123 161. 14kaufclem 13 07 07 19 55 Page 9, LES FORMES L MENTAIRES DE LA VIE SOCIALE. sugg rent qu il existe bien des choses sociales dans le monde naturel Nous. montrerons ensuite que cette existence dans le monde des faits sociaux a pour. ainsi dire une contrepartie logique l existence au sein de l esprit de m canismes. sp cialis s dans leur d tection et leur prise en charge Enfin nous d crirons la. mani re dont les faces externes et internes du social ont pu co merger au. cours de l volution Ces diff rentes tapes nous am neront finalement sugg rer. qu il est possible d imaginer entre le holisme et l individualisme m thodolo. giques une troisi me voie naturaliste riche de promesses explicatives. De la nature des faits sociaux, force d invoquer le principe analytique de parcimonie qui vise r duire.
l essentiel les concepts th oriques n cessaires l explication des ph nom nes. observ s les sciences cognitives sont parvenues imposer aux sciences sociales un. d bat ontologique auquel celles ci ne se pr tent pourtant pas volontiers En effet. l ontologie est traditionnellement d finie comme l tude des entit s basiques qui. existent dans le monde r el au del des apparences illusoires et des connaissances. erron es qui peuvent rendre provisoirement leur acc s impraticable 9 L ontologie. interroge la R alit des choses dont l existence est ind pendante des savoirs et. des discours contingents que les sujets humains sont susceptibles d entretenir. leur gard De prime abord le questionnement ontologique qui semble se pr oc. cuper exclusivement de ce qui existe du c t des objets ne concerne gu re les. sciences sociales dont le champ d investigation est constitu par les savoirs les. discours et les pratiques qui pr dominent du c t des sujets de connaissance et. d action Pourtant une r flexion plus approfondie montre clairement que l indif. f rence ontologique qu arborent les sciences sociales est largement injustifi e Les. th ories qu elles privil gient mettent n cessairement en uvre des engagements. ontologiques implicites qui plaident en faveur de l existence objective d un. certain nombre d entit s de base que ce soit les structures institutionnelles les. classes socio conomiques les pratiques r gl es les repr sentations collectives les. acteurs strat giques ou les syst mes de bonnes raisons 10 Le dialogue avec les. sciences cognitives et l approche naturaliste qu elles tendent privil gier peut. donc tre extr mement b n fique pour les sciences sociales il pr vient l insertion. inquestionn e et a priori d entit s superflues sinon saugrenues dans des syst mes. explicatifs et des cha nes causales Mais un tel dialogue peut galement tre b n. fique pour les sciences cognitives notamment en d non ant certains postulats. 9 P Van Inwagen The nature of metaphysics in S Laurence C Macdonald eds Contemporary readings. in the foundations of metaphysics Oxford Blackwell 1998 p 11 21. 10 Sur cette notion essentielle d engagement ontologique voir W V O Quine Le mot et la chose Paris. Flammarion 1977 1 re d New York 1960 Id On what there is in S Laurence C Macdonald eds. Contemporary readings in the foundations of metaphysics p 32 45. 14kaufclem 13 07 07 19 55 Page 10, LAURENCE KAUFMANN FABRICE CL MENT. individualistes et r ductionnistes dont une approche naturaliste pourrait tout. compte fait fort bien se passer, Le naturalisme Une science est naturelle par son ontologie et sa. m thode c est dire par le type de ph nom ne, qu elle reconna t comme faisant partie du monde. et par la fa on dont elle cherche les expliquer 11 L ontologie que pr conise l ap. proche naturaliste contemporaine para t fortement marqu e par la division. g n rique d origine aristot licienne entre la physique des particuliers concrets et. naturels dont la r alit est directement ou indirectement accessible aux sens et la. m ta physique des entit s surnaturelles et des abstractions artificielles qui ne. doivent leur existence qu au travail de l esprit et du langage Ainsi les tres. concrets ce lapin blanc cet homme ont une r alit perceptible qui oppose une. r sistance objective au traitement dont elle fait l objet et exerce un pouvoir causal. sur son environnement En revanche les tres abstraits tels les classes les. pauvres les c libataires les universaux la justice l galit les institutions. sociales l arm e l universit et les termes collectifs la nation l quipe sont. consid r s comme des constructions conceptuelles Appr hend es dans un tel. cadre les entit s sociales ne r pondent donc pas aux crit res naturalistes de l exis. tence causalement impotentes elles restent d pendantes des esprits qui les. entretiennent Quant la m thode naturaliste elle se doit de r sister aux appa. rences trompeuses et au laxisme du langage naturel qui admet le recours. machinal des tres de discours qui ne sont de fait que les abr g s nominaux. des descriptions qu exigerait une s mantique rigoureuse et respectueuse de l on. tologie Pour une telle s mantique en effet la blancheur doit tre remplac e. par la collection des choses blanches la for t par la d signation de tous les. arbres qui la composent l quipe de France par l num ration de ses membres. et la nation par l agr gation des citoyens qui la constituent. La d marche naturaliste m me si elle affirme parfois le contraire se pr sente. donc comme un double r ductionnisme la fois ontologique et pist molo. gique 12 Le r ductionnisme ontologique qui traite du mode d existence part du. principe qu il ne faut attribuer de r alit qu aux constituants les plus primitifs de. l univers seuls les l ments ind composables et absolus pouvant exercer la causa. lit physique n cessaire l mergence d pi ph nom nes dits de haut niveau. Le r ductionnisme pist mologique qui traite quant lui du mode d appr hen. sion des ph nom nes postule que les niveaux d organisation sup rieurs sont. toujours interpr tables dans les termes des niveaux d organisation inf rieurs Les. 11 D Sperber Outils conceptuels pour une science naturelle de la soci t et de la culture in P Livet. R Ogien eds L enqu te ontologique Paris d de l EHESS 2000 p 209 230 Raisons Pratiques 11. 12 Sur ces deux types de r ductionnisme cf M Mandelbaum Societal laws in J O Neill ed Modes of. individualism and collectivism Aldershot Gregg Revivals 1992 p 235 247 1 re d Londres 1973. 14kaufclem 13 07 07 19 55 Page 11, LES FORMES L MENTAIRES DE LA VIE SOCIALE. concepts sociologiques le mariage les statuts l tat la magie la stratification. etc pourraient ainsi tre traduits en des concepts psychologiques sans qu il n y. ait d plorer la moindre perte de signification Par exemple un concept comme. employ de banque serait quivalent l ensemble des repr sentations et des. actions que ces repr sentations impliquent que les membres et les clients de la. banque entretiennent et pr tent l employ de banque Pour le naturaliste qui. aspire ce double r ductionnisme les concepts sociaux et culturels et leurs. pr tendus r f rents ne pr jugent pas de l ameublement r el du monde Ce sont. des instruments intellectuels des outils interpr tatifs sans import existentiel dont. l apparente compacit se r sorbe une fois analys e et d compos e en des. ensembles d occurrences purement d signatives versant pist mologique qui. renvoient directement des individus concrets versant ontologique Afin. d op rer une telle r duction jug e n cessaire l tude scientifique des ph no. m nes sociaux il faut recourir des disciplines telles que la biologie la. neurophysiologie l cologie et la psychologie qui sont peupl es par des entit s. dont l existence mat rielle ne para t pas probl matique 13 Le social tend ainsi. tre r duit l addition du biologique et du psychologique ce qui a comme le. montre Georges Guille Escuret une cons quence importante le domaine socio. culturel se voit attribuer le statut d une superstructure qui se composerait de. l ensemble des comportements et des informations communiqu s par une autre. voie que l ADN 14 Or d apr s l hypoth se r ductionniste cette voie sp cifique. ment culturelle peut tre atteinte uniquement par l interm diaire du. psychologique Les syst mes id ologiques la religion les structures collectives. la monarchie ou les m canismes r gulatifs l conomie de march doivent en. effet tre rapport s si l on suit Dan Sperber aux dispositions cognitives et. 13 Curieusement la majorit des adeptes d une approche naturaliste accepte l existence des faits psycholo. giques qui ne sont pourtant pas directement accessibles l observation mais refuse d admettre celle des. entit s immat rielles que seraient les faits sociaux sous pr texte qu elles ne sont pas des donn es brutes saisis. sables par une inspection directe Or une approche rigoureuse et sym trique devrait choisir son pist mologie. Ou bien elle admet le principe selon lequel l observateur est oblig de se r f rer des aspects du comportement. humain qui ne sont pas directement accessibles aux sens ce qui est a priori coh rent avec la prise en compte des. faits sociaux Ou bien elle refuse tous les ph nom nes qui ne sont pas des donn es brutes observables la troi. si me personne ce qui implique le rejet de toutes les terminologies non extensionnelles c est dire non. strictement d signatives du domaine des sciences de la nature y compris les faits psychologiques Le statut. d entit s mat rielles de ces derniers croyances d sirs souvenirs intentions etc est en effet loin d tre. vident leur pr sence tant trop ind termin e intangible et inobservable pour pouvoir r pondre de stricts. crit res empiriques Mais quel que soit le terme de l alternative pist mologique choisi il ne permet pas d ex. clure les faits sociaux tout en sauvegardant les faits psychologiques les uns comme les autres pouvant tre. consid r s comme des g n ralisations interpr tatives voire de simples artefacts nominaux C est d ailleurs bien. la conception que d fend une partie non n gligeable des sciences cognitives ces derni res sont loin en effet de. s accorder sur le statut ontologique des repr sentations mentales comme le montrent l liminativisme radical. des Churchland pour lesquels la neurophysiologie est la seule discipline l gitime ou l piph nom nisme de. Quine et plus r cemment de Dennett qui traite les croyances les d sirs ou les intentions non comme des. termes descriptifs mais comme des normes interpr tatives de comportement. L a prem i re et san s d o u te la plu s fam eu se d es r gles n on c es p ar m ile D urkh eim dan s L es r gles de la m thode sociologique con sid rer les faits sociaux com m e des choses m arque pour beaucoup la gen se de la sociolo gie1 U n e scien ce se d fin it en effet par les objets sur lesquels porte son an alyse ce qui fait que D urkheim en faisan t du social un ordre de

Related Books

Formes et enjeux des circuits courts de commercialisation

Formes et enjeux des circuits courts de commercialisation

Formes et enjeux des circuits courts de commercialisation en agriculture Yuna Chiffoleau Licence Professionnelle Gestion des espaces naturels agricoles

Les formes g om triques l cole maternelle

Les formes g om triques l cole maternelle

Reproduire des formes planes avec un mat riel diff rent Le sapin grande section p 24 Le g oplan grande section p 25 Les bandes de papier moyenne section p 26 La p te modeler grande section p 27 Allumettes et brochettes moyenne section p 28 Repr senter un assemblage de formes planes

A C Formes et figures narratives de la arca unive it

A C Formes et figures narratives de la arca unive it

Dorsinville cinq d auteurs de langue espagnole Asturias Carpentier Garc a M rquez Roa Bastos Par del la persistance d une th matique commune et l int rieur d un r seau complexe de similitudes et de diff rences il se dessine un syst me carib en surtout pour les ann es 70 mais qui s tend quelque peu sur le plan g ographique l aire latino am ricaine

Dossier p dagogique Histoire des formes CITE DU DESIGN

Dossier p dagogique Histoire des formes CITE DU DESIGN

C est le design dans sa qualit d objet standard et dans sa dimension fonctionnaliste qui a t pris en compte avant tout Certains objets sont sign s d autres anonymes bons march con us pour la grande s rie et le plus grand nombre N e avec la r volution industrielle l histoire du design se confond avec l Histoire La production industrielle marque la rupture

Le marketing digital ses formes et ses enjeux pour une

Le marketing digital ses formes et ses enjeux pour une

Le marketing digital facilite et favorise la mise en place du marketing participatif lequel amplifie les ph nom nes de diffusion de l information et contribue transformer le bouche oreille en marketing viral contr l plus ou moins par les marques Le marketing digital surpasse les autres formes de marketing sur le plan du ciblage en permettant de combiner de multiples crit res de

ARTS VISUELS ET FORMES GEOMETRIQUES

ARTS VISUELS ET FORMES GEOMETRIQUES

ARTS VISUELS ET FORMES GEOMETRIQUES cycle 1 Josette TONIOLO Conseill re P dagogique en Arts Visuels Inspection Acad mique de la Moselle josette toniolo ac nancy metz fr 1 LIER ARTS PLASTIQUES ET GEOMETRIE DES OEUVRES D ART A LA GEOMETRIE ET INVERSEMENT Les activit s g om triques sont pour les enfants et plus particuli rement les l ves d cole maternelle un excellent moyen d

La Bible modes d emploi LES SIX FORMES DE CHARIT DE L

La Bible modes d emploi LES SIX FORMES DE CHARIT DE L

SOCIETE INTERNATIONALE DE THEOLOGIE PRATIQUE La Bible modes d emploi Les pratiques bibliques et leurs enjeux th ologiques Congr s 2004 18 22 ao t Manoir du Lac Delage Qu bec LES SIX FORMES DE CHARIT DE L VANGILE DU JUGEMENT DERNIER par Alexandre M Stavropoulos Professeur la Facult de Th ologie de l Universit d Ath nes D partement de Th ologie Sociale D

Annexe I Liste reprenant les noms les formes

Annexe I Liste reprenant les noms les formes

Bisolvon Hustenl ser Saft 4 mg 5 mL liquide oral voie orale Autriche Boehringer Ingelheim RCV GmbH amp Co KG Dr Boehringergasse 5 11 Vienna 1121 Austria Chlorhydrate de bromhexine Bisolvon L sung 8 mg 4 mL solution buvable voie orale Autriche ratiopharm Arzneimittel Vertriebs GmbH Albert Schweitzergasse 3 Vienna 1140 Austria Chlorhydrate d ambroxol Ambrobene retard 75 mg Kapseln 75 mg

A LA RECHERCHE DE NOUVELLES FORMES DE PROSPERITE IN SEARCH

A LA RECHERCHE DE NOUVELLES FORMES DE PROSPERITE IN SEARCH

Rencontres conomiques d Aix en Provence 7 8 et 9 juillet 2017 7 8 and 9 July 2017 A LA RECHERCHE DE NOUVELLES FORMES DE PROSPERITE IN SEARCH OF NEW FORMS OF PROSPERITY Programme au 19 juin 2017 Program as of June 19th 2017 Rencontres conomiques d Ai en Provence 7 8 et 9 juillet 2017 7 8 and 9 July 2017 2 Masterclass Parlez moi du Monde Amphi Mistral Accueil Amphi Portalis Session 1

Varietats abelianes sobre Q i formes modulars

Varietats abelianes sobre Q i formes modulars

1 Introducci o La conjectura de Shimura Taniyama tamb e coneguda com a Teorema de Modularitat des de la seva demostraci o completa l any 2001 admet diversos enunciats equivalents Per exemple si considerem X 1 N Q la corba modular associada a la classi caci o de parells E P on E es una corba ell ptica i P es un punt de Ed ordre N i denotem per J 1 N la jacobiana de X 1 N podem

Les deux formes du capital social - Olivier Godechot

Les deux formes du capital social - Olivier Godechot

capital du groupe par celui qui a le pouvoir sur le groupe quand Coleman parle de bien public et néglige les différentiels de puissance interne. 3 sent (Bourdieu, 1980). Ce type de structure relationnelle dense, cohésive, génératrice d’un sentiment d’appartenance et de solidarité est, si l’on suit Bourdieu, caractéristique « de toutes les institutions visant à favoriser les ...

Les 22 maîtres Reiki formés par Hawayo Takata

Les 22 maîtres Reiki formés par Hawayo Takata

Les 22 maîtres Reiki formés par Hawayo Takata Offert par le Centre de Référence Reiki du Québec www.centrereikiquebec.com Auteur Robert Fueston – www.robertfueston.com – Traduit, révisé et mise à jour par Jean-Marc Sabourin en février 2014 Adresse Courriel : [email protected] . 2 Les 22 maîtres Reiki George Araki (décédé en 2006) Dorothy Baba (décédée aux alentours de ...