Étude De L’impact Socio-économique De La Pro League Sur L .

2y ago
28 Views
1 Downloads
8.09 MB
56 Pages
Last View : 5d ago
Last Download : 1y ago
Upload by : Xander Jaffe
Transcription

Étude de l’impact socio-économiquede la Pro League sur l’économie belgeJuin 2019

Table des mètre4Méthodologie5L’évolution du football professionnel en Belgique10L’organisation de la Pro Leaguee12Les revenus des clubs14Coûts des clubs22Transferts26Études de cas29L’impact économique de la Pro League32L’impact social de la Pro League38Community & Social Responsibility40Supporteurs43Jeunes46Annexes54

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeAvant-proposMême si nous préférons toujours nous souvenir des hauts faits sportifs de l’année écoulée, cettesaison 18/19 restera marquée par l’opération « Propere Handen ».Dépenses des clubs excessifs en faveur des agents, mise en cause du statut fiscal et social, difficultésrencontrées par nos jeunes joueurs avant de pouvoir évoluer en équipes premières de nos clubs etd’autres thèmes, comme celui de la sécurité dans les stades, ont été autant de défis à relever par lefootball professionnel en Belgique.Pierre FrançoisCEO Pro LeagueLes errements condamnables de quelques-uns ne doivent pas fausser l’image de l’ensemble dusecteur qu’il convient de tracer. Il serait faux de croire que le football professionnel serait en Belgiquemoins encadré qu’il ne l’est chez nos concurrents. Il serait tout aussi erroné de penser que les 24 clubsréunis au sein de la Pro League ne contribuent pas à leur mesure au développement économique etsocial de notre pays tout en se positionnant toujours de façon remarquable dans le classement sportifdes ligues européennes.La seconde édition du « Rapport Deloitte sur l’impact économique et social de la Pro League »,porte sur l’exercice 2018 et constitue une approche objective et chiffrée de notre activité. Le lecteurcomparera cette publication avec la précédente et y trouvera une première réponse aux questionsque l’actualité a sans aucun doute rendu plus pressantes.Pierre FrançoisCEO Pro LeagueAvec la troisième place de notre équipe nationale en Coupe du Monde, la huitième place actuelle auclassement de l'UEFA et la croissance du chiffre d'affaires des clubs de la Pro League, le football belgeet les clubs de la Pro League poursuivent la tendance positive, malgré une campagne européennemoins réussite durant la saison 17/18.Cette deuxième édition du rapport souligne une fois de plus l'impact économique et social de la ProLeague. Pour la première fois, le lecteur pourra tirer des conclusions sur l'évolution des contributionséconomiques des clubs de la Pro League.Sam SluismansPartner Deloitte BelgiumBien que nous reconnaissions l’importance de l’impact économique, ce rapport attire davantagel'attention sur l'impact social des clubs envers leurs jeunes joueurs, leurs supporters et envers lacommunauté en général. Les clubs jouent un rôle important au niveau local, mais interagissentégalement avec une base de fans de plus en plus internationale. Les clubs ont poursuivi leursinvestissements dans les académies pour jeunes talents, où la prochaine génération de joueurss'apprête à aider les clubs à conserver une place dans les hauts rangs du football européen.Sam SluismansPartner Deloitte Belgium1

Socio-economicÉtudede l’impactimpactsocio-économiqueassessment ofdethela ProProLeagueLeaguesuron thel’économieBelgian belgeeconomySynthèseSaison 17/18Les droits télévisés ont augmenté pouratteindre80,9 millions d’euros321 millions d’eurosau total(grâce au renouvellement des contrats desdroits télévisés)Chiffres clésde la saison17/1868,2 millions d’eurossont issus des revenus de sponsoring25% 14 clubsont un actionnariat majoritaire belge(au 30/06/2018)Les salaires des joueurs s’élèvent àApports propriétaires étrangers54,1 millionsd’euros214 millions d’euros 211.000 eurosSalaire annuel moyen brut derecettesdes clubs56%des recettes des clubs (les recettes destransferts non comprises) sont utiliséespour payer les salaires des joueursMessages clés sur l’impact économiqueProduit brutValeur ajoutée bruteCréation d’emploisImpôtsTVA millionsd’eurosmillionsd’euros9436153.71077112

ÉtudeSocio-economicde l’impactimpactsocio-économiqueassessment of ian economybelgeRevenu net des transferts73 millions d’euros31,2 millions d’eurosPrimes de participation de l’UEFA(diminué de plus d’un tiers par rapport à lasaison 17/18)Commission des agents37 millions d’eurosTop 5 des agents35%des commissions perçuesMessages clés sur l’impact socialCommunity& Social Responsibility27.933bénévolesSupporteurs436Clubs de supporteursJeunes4,3 millions 82.464Nombre de followers surles réseaux sociauxMinutes jouées231Nombre de jeunesayant un contrat3

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeIntroductionComme beaucoup de supporteurs vous le diront, le football c’est bien plus qu’un simple sport. Il s’agit du sport le plus populaire etégalement le plus médiatisé en Belgique. C’est pourquoi son rôle ne se limite pas à ce qui se passe sur le terrain. Pour le public, les valeursessentielles que le football doit transmettre sont un impact socio-économique positif, le développement durable et la transparence. LaPro League et les clubs de football professionnels belges ont travaillé d’arrache-pied pour tirer parti de leur popularité croissante et avoirun impact positif sur l’économie et la société belges.Le rapport de l’année passée était la première édition du rapport sur l’impact socio-économique du football professionnel en Belgique.Une analyse quantitative et qualitative montrait l’influence de la Pro League et des clubs de football professionnels belges. Cette année,une analyse plus pointue illustre l’évolution des chiffres et thématiques clés. Le produit brut, la valeur ajoutée, la création d’emplois et lescontributions fiscales chiffrent l’influence économique du football, à la fois directement et via d’autres industries et personnes. Un certainnombre d’études de cas illustrent l’impact social sur l’engagement social, les supporteurs et les jeunes.PérimètreLe rapport évalue l’impact socio-économique des acteurs suivants :1. Les clubs belges évoluant en football professionnel division 1A (Jupiler Pro League)2. Les clubs belges évoluant en football professionnel division 1B (Proximus League)3. La Pro League en tant qu’organisationLe rapport n’entend pas tirer des conclusions quant à la valeur économique généréepar l’URBSFA. Le rapport fait référence aux clubs de football professionnels belgesmentionnés aux points (1) et (2) en tant que clubs, sauf mention explicite contraire.Ce rapport fera également, à certains moments, une distinction au sein des clubsde la Jupiler Pro League (G5 versus K11). Les clubs du G5 sont les cinq clubs qui ontobtenu les meilleurs résultats sportifs au cours des cinq dernières saisons, à savoir leRSC Anderlecht, Club Brugge, KAA Gent, KRC Genk et le Standard de Liège. Les onzeclubs restants de la division 1A constituent le K11 (sur base de la saison 17/18).Le rapport s’appuie sur les sources de données suivantes : Les données financières des comptes annuels (bilans, comptes de résultat et étatsde trésorerie) Les données d’emploi des bilans sociaux Les données d’investissement et d’action communautaire provenant desquestionnaires envoyés aux clubs belges Les indicateurs économiques relevés par le Bureau fédéral du Plan Les avis issus d’interviews détaillées sur les études de casLes données utilisées pour la rédaction du rapport tiennent compte des chiffresdes trois dernières saisons (à savoir 15/16, 16/17 et 17/18), la saison 15/16 marque lapremière saison comptant 24 clubs professionnels en Belgique.4

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeMéthodologieLe rapport est divisé en deux sections principales. La première section traite l’évolution du football professionnel en Belgique. Une brèveintroduction de l’organisation de la Pro League décrit le contexte. Ensuite, les revenus et les coûts des clubs de football professionnelbelges fournissent des informations clés sur leur modèle d’entreprise. Une analyse approfondie de la billetterie, des droits télévisés, dusponsoring et de la publicité ainsi que des primes de participation de l’UEFA donne un aperçu de la répartition et de l’évolution du chiffred’affaires. Du côté des dépenses, les salaires des joueurs et les coûts liés à la sécurité sont les sujets principaux. Enfin, des études de cassur les transferts, l’actionnariat, l’eSport et le cashless payment system du RSCA illustrent des exemples clés de l’évolution du footballbelge.RevenusCoûtsBilletterieSalaires des joueursDroits télévisésSécuritéSponsoring et publicitéPrimes de participationde l’UEFAÉtudes de casTransfertsProximus ePro LeagueActionnariat des clubsCashless payment system(RSCA)5

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeProduit leur ajoutéebrute6

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeLa valeur totale du football professionnel belge estsupérieure à la somme de l’ensemble des parties leconstituant. En effet, la participation importante dela Pro League et des clubs de football à des initiativessociales contribue positivement au développementde l’économie belge, cependant cet impact s’avèredifficilement quantifiable. L’engagement social, lesclubs de supporteurs et les centres de formationpour les jeunes sont des exemples de création devaleur ajoutée supplémentaire par le secteur.CSRSupporteursImpactsocialJeunes7

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeLa deuxième partie du rapport met en avant l’évaluationquantitative et qualitative de l’impact socio-économique dela Pro League et des clubs de football professionnels surl’économie belge.L’évaluation de l’impact économique porte sur trois dimensions :l’impact direct, l’impact indirect et l’impact induit. Impact direct : impact produit immédiatement par unsecteur au sein de l’économie, en raison de ses activitésnormales, créateur de valeur ajoutée brute pour l’économie,d’emploi et de contributions fiscales Impact indirect : impact produit par l’ensemble de la chainede valeur d’un secteur générant un produit brut, de la valeurajoutée, la création d’emplois et des contributions fiscales Impact induit : impact né de l’augmentation du pouvoird’achat des ménages qui bénéficient du secteur et de sachaine de valeur, engendrant une production supplémentaire,de la valeur ajoutée, des emplois et des contributions fiscalesPro League etclubs de footballprofessionnels« direct »Économie du sport« Indirect »Impact total« induit »Comme indiqué dans la description ci-dessus, quatre indicateurs économiques constituent l’impact économiquetotal, direct, indirect et induit: Produit brut : le produit brut chiffre la production totale générée par l’existence de l’industrie du footballprofessionnel belge. Ceci reflète tous les revenus générés par l’ensemble de la chaine de valeur, en incluant à lafois la valeur ajoutée brute et la consommation intermédiaire Valeur ajoutée brute : la valeur ajoutée brute mesure la valeur des biens et services produits, mais n’inclut pasla consommation intermédiaire. Cela représente la contribution au produit intérieur brut (PIB). Les bénéfices, lestaxes et les coûts salariaux constituent la valeur ajoutée brute Emploi : emploi indique les emplois générés par la Pro League et les clubs Contributions fiscales : les contributions fiscales permettent d’analyser l’impact du secteur sur les taxes,provenant à la fois des ventes générées et de l’impôt sur le travail.8

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeIndicateurExemple du modèle de l'impact économiqueImpactDirectIndirectInduitProduit brutValeur ajoutée bruteEmploiContributionsfiscalesRevenus du club dela vente de bières auxsupporteursLe club fait un bénéfice envendant les bières et paie sesemployésLe serveur du baremployé par le clubLe clubpaie des taxesRevenus pour levendeur de hamburgersà l'extérieur du stadeLe vendeur de hamburgersréalise un bénéfice et paieses employésUn employé travaillantpour le vendeur dehamburgersLes dépenses desemployés du clubstravaillant au bar (grâceà leurs salaires)Le marché génère des profitsadditionnels qui génèrentd’autres emplois grâce auxdépenses des employés duclubQuelqu’un qui estembauché grâce auxdépenses des employésdu club9

L’évolution du footballprofessionnel enBelgique10

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belge11

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeL’organisationde la ProLeagueOrganisation de la Pro League : saison 17/18DIVISION 1APlace 1Place 2Place 3Place 4Place 5Place 6Place 7Place 8Place 9PO1groupe comprenant 6 équipes. Le premier àl’issue des play-offs 1 est le champion deBelgique. Le premier et le deuxièmeobtiennent un ticket pour la ChampionsLeague et le troisième pour l’Europa League.La quatrième affronte le premier des play-offsPlace 10Place 11Place 12Place 13Place 14Place 15PO29 équipes de la division 1A et 3 équipes de ladivision 1B sont divisées en 2 groupes. Levainqueur affronte le quatrième des play-offs1 pour un ticket pour l’Europa League.12 Photo NewsPlace 16relegation

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeLa Pro League organise des matches entre les clubs de football pour la division 1A et la division 1Ben Belgique. La saison commence fin juillet et se termine début mai de l’année suivante. La division1A est mieux connue sous le nom de Jupiler Pro League et la division 1B est généralement appeléeProximus League. En plus, la Pro League organise parallèlement la Coupe de Belgique U21, etfinalement la Croky Cup en collaboration avec l’URBSFA.Au cours d’une saison de la Jupiler Pro League, 16 clubs disputent un total de 240 matches duchampionnat ordinaire avant d’entamer les phases de play-offs, à savoir les play-offs 1 (PO1) etles play-offs 2 (PO2). La formule des play-offs date de la saison 09/10. Le but était d’intensifier laconcurrence entre les clubs tout en offrant une meilleure expérience aux spectateurs. Dans leformat actuel, les 6 meilleures clubs se retrouvent en PO1, tandis que les clubs 7-15 vont en PO2rejoints par les clubs 2-4 de la division 1B. À l’issue de la phase de play-offs, l’équipe qui se classe au16ème rang est reléguée en division 1B.DIVISION 1BSaison prochaine1 ière partie du championnatSep - DecPlace 1Place 22 ième partie du championnatDuel pour être promude ces positions, les troisPlace 3équipes ayant le plus de pointsPlace 4accèdent aux play-offs 2.à la fin du championnatJan - MarPlace 1Place 2Place 3Place 4Place 5Place 5Place 6Place 6Place 7Place 7Place 8Place 8Saison prochaine13

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeLes revenusdes clubsLes revenus des équipes de la Pro Leagueont augmenté au cours des 3 dernièressaisons, avec une croissance annuellemoyenne de 4%. Le total des revenusd'exploitation non subventionnés (quiexclut les recettes des transferts) estpassé de 296,3 millions d’euros pour lasaison 15/16 à 321,0 millions d'euros pourla saison 17/18.Presque toutes les sources de revenus ont enregistré unecroissance lors de la saison 17/18. Le « sponsoring et publicité »et les « droits télévisés » étant les principaux moteurs de lacroissance par rapport à la saison 16/17. La croissance desautres sources de revenus est suffisamment importante pourcompenser une baisse significative des recettes provenant desprimes de participation de l’UEFA, qui ont diminué lors de lasaison 17/18 dû à une mauvaise campagne européenne. Pourplusieurs équipes belges, les primes de participation de l’UEFAconstituent une source de revenus importante qui peut fairepencher la balance financière en fin d’exercice. Cette différencesignificative permet aux clubs d’investir dans de nouvellesinfrastructures, les jeunes talents et encore en achetant denouveaux joueurs.Les prochaines sections du rapport examinent plus en détailschacune des sources de revenus et identifieront les tendancespertinentes pour chacune d’entre elles. Une section additionnelleillustre les revenus provenant des transferts de joueurs.Evolution du chiffre d'affaires1 (en millions d'euros)Evolution du chiffre d’affaires* (en millions d’euros) 3,980,968,2Primes de participation de l’UEFACommercial83,489,792,5Droits télévisésSponsoring et publicitéBilletterie15/1616/1717/1824 clubs24 clubs24 clubs1 laPourla saisonLommelremplaceLiersecaraleétécluba été endéclaréfaillitele 9 mai 2018* Poursaison17/18, 17/18,LommelUnitedUnitedremplacele LierseleSKcar leSKclubdéclaréfailliteenle 9mai 201814

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgePrimes de participationde l’UEFA31,2Commercial48,2Droits télévisés80,9 Photo NewsSponsoring et publicité68,2Billetterie92,5Total32115

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeBilletterieUne source de revenus considérée plus traditionnelle, les ventes detickets et d’abonnements pour la saison (qui représentent ensembleles recettes de la billetterie), ont augmenté de près de 10 millionsd’euros entre la saison 15/16 et celle de 17/18. Bien que la majeurepartie de la croissance ait eu lieu entre les saisons 15/16 et 16/17, labilletterie contribue encore davantage aux recettes en 17/18.demande croissante des supporteurs. Ces récents investissementsont eu un impact positif sur la fréquentation des supporteursdans les stades. Lors de la saison 17/18, la fréquentation totale aatteint 3,4 millions de spectateurs, soit une moyenne de 10.357spectateurs par match, contre une moyenne de 9.815 spectateurspour la saison 16/17.La croissance des revenus de la billetterie peut s’expliquerde différentes manières. La qualification pour une campagneeuropéenne est un bon exemple d’événement qui augmente lesrecettes de la billetterie. En effet, les supporteurs paient volontiersdavantage pour un billet qui leur permet de supporter leur équipeface à des superstars européennes (un bon exemple est la récenterencontre entre le Paris Saint-Germain au RSC Anderlecht lors dela saison 17/18). De plus, une campagne européenne augmente lenombre de matches sur une saison, ce qui a un impact positif sur lenombre de tickets vendus.Alors que l’augmentation de la fréquentation moyenne représenteune croissance de 5,5%, les revenus de la billetterie sont passés de89,7 millions d’euros à 92,5 millions d’euros, soit une augmentationde 3,1%.Une autre manière de générer des revenus supplémentaires grâceà la billetterie est d’augmenter la capacité des stades. Quelqueséquipes belges ont investi dans leur stade pour répondre à laBien que la billetterie soit une source de revenus traditionnelle, ellereste un indicateur important pour d’autres sources de revenus,telles que le sponsoring et la publicité.Les recettes de la billetterie n’ont donc pas progressé aussirapidement que le nombre moyen de visiteurs. L’explicationprincipale est la baisse des recettes de la billetterie provenantde rencontres de l’UEFA, dû à une campagne européenne moinsfructueuse.Saison 16/17Saison 17/18Nombre moyen de spectateursNombre moyen de spectateurs10.3579.815 5,5%Revenus de la billetterie(en millions d’euros)89,7Revenus de la billetterie(en millions d’euros) 92,5 3,1%16

Étude de l’impact socio-économique de la Pro League sur l’économie belgeDroits télévisésLes revenus issus de la vente des droits télévisés continuent àêtre une source de revenus de plus en plus importante pour lesclubs. Grâce notamment à la concurrence accrue sur le marchéd’acquisition des droits télévisés, qui dépasse aujourd’hui lesfrontières nationales, cette source de revenus représente enmoyenne 20% des revenus des clubs, sur base des données de6 pays européens similaires à la Belgique en

Étude de l’imact socio-conomique de la Pro League sur l’conomie belge 4. Le rapport est divisé en deux sections principales. La première section traite l’évolution du football professionnel en Belgique. Une brève

Related Documents:

The Socio-Economic Impact Assessment of COVID-19 in Thailand was commissioned by the UN Country Team . and Public Health Measures 12 Figure 3: Impact Pathway Analysis Depicting Measures to Mitigate the Socio-Economic Impact 23 . Intelligence Unit and a report on the social impact of the crisis by Oxford Policy Management. It also incorporates

Since the socio-cultural approach to creativity emerged only recently, more research dealing with socio-cultural factors and creativity is needed. In 1996, the impact of socio-cultural factors on creativity was the least developed area in creativity research "by any measure—volume of research publications, number of investigators engaged in

SRH Sexual and Reproductive Health UNAIDS Joint United Nations Programme on HIV/AIDS . 8 Socio-Economic impAct ASSESSmEnt of coViD-19 on ApuA p nEw GuinEA COVID-19 and its Socio-Economic Impact . impact, and policy recommendations. The SEIA proposes recommendations on how to 'build back better', i.e. it provides options for

An understanding of the Cape Town, South African Socio- Economic Reality. South African Student Protests as a result of Social and Economic Exclusion. Our US students and the Socio-Psychological Impact on them because of the South African Socio-Economic Context. Study

1 Policy Brief Articulating the Pathways of the Socio-Economic Impact of the Coronavirus (COVID-19) Pandemic on the Kenyan Economy1 Summary - This policy brief assesses the possible vulnerabilities and impacts on Kenya of the COVID-19 pandemic. Although it is too early to predict the socio-economic impact of the COVID-19 pandemic on the Kenyan econ0my,

Birmingham City University's Socio-Economic Impact Birmingham City University's Socio-Economic Impact Prior to the coronavirus crisis, Birmingham's economy was growing strongly. Over the five years from 2013 to 2018, it expanded by an average of 2.9% a year in real terms—well above the national rate of 1.8%.

Socio-Scientific Issues Socio-Scientific Issues (SSI): Socio-scientific issues are complex, open- ended issues that embed science content and practices within the social issues in which they occur. SSI instruction contextualizes science learning within societal issues and provides an opportunity for students to learn science in the same fashion

Entreprises publiques et services publics ‡conomiques dans l'Union Europ‡enne PE 165.202 AVANT-PROPOS La pr‡sente ‡tude a ‡t‡ r‡alis‡e - la demande de la Commission Economique, Mon‡taire et de la Politique Industrielle du Parlement Europ‡en. Elle a ‡t‡ pr‡c‡d‡e d'une ‡tude pr‡liminaire termin‡e en