La Gestion De Parc Informatique – Partie 2 : GLPI

1y ago
275 Views
44 Downloads
3.23 MB
44 Pages
Last View : 1d ago
Last Download : 3d ago
Upload by : Baylee Stein
Transcription

La gestion de parc informatique – Partie 2 : GLPIPropriétésDescriptionType de publicationCôté laboIntitulé courtInventaire et gestion d'un parc informatiqueIntitulé longAutomatisation de l'inventaire d'un parc informatique avec gestion desconfigurations.ModuleBTS SIO2 – SI7 – Intégration des servicesTransversalitéSISR3 : Exploitation et sécurisation des services WebSISR4 : Déploiement d'applicationsSISR5 : Supervision du réseau avec SNMPPrésentationL'objectif de ce Coté Labo est d'approfondir les notions de gestion d'un parcinformatique. Il fait suite au premier Coté Labo sur OCSInventory.Ce travail peut constituer une introduction aux processus ITIL (InformationTechnology Infrastructure Library) de gestion des configurations, de gestiondes incidents, de gestion de la capacité et de gestion financière des servicesinformatiques.ActivitésD5.1 – Gestion des configurations A5.1.1 Mise en place d’une gestion de configuration A5.1.2 Recueil d’information sur une configuration et ses éléments A5.1.3 Suivi d’une configuration et de ses élémentsPré-requisAvoir réalisé le premier Coté Labo.Avoir quelques notions sur l'installation, la configuration et l'administrationd'un serveur Linux (ou Ubuntu).Connaître les principes de l'exploitation des services Web et des bases dedonnées.Savoir-faireprincipauxEn SI7 : Savoir-fairetransversauxInstaller et configurer un outil d’inventaire et de gestion desconfigurationsAutomatiser l'installation d'un serviceJustifier le choix d’une solution de mise en production d’un serviceValider et documenter la mise en exploitation d’un serviceEn SISR3 Sécuriser un service Administrer un service Analyser le contenu des fichiers d'activité, d'audit et les indicateurs demétrologieEN SISR4 Automatiser une tâche d'administrationEn SISR5 Installer et configurer un protocole d'administration d’un élémentd'interconnexion réseauEN SI3 (consolidation) Extraire et modifier les données d’une base de donnéesEn SLAM5 Justifier le choix d'une architecture applicativehttp://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 1/44

ProlongementsEn SI7 : Installer et configurer un logiciel de gestion d’incidentsÉvaluer la valeur actuelle d’un élément d’une configurationÉvaluer l’impact financier de la consommation d’un serviceÉlaborer une procédure de remplacement ou de migration d’unélément d’une configurationSauvegarder et restaurer une base de donnéesRéfléchir aux stratégies et techniques associées à la continuité duservice renduEn SISR3 : Caractériser les éléments nécessaires à la qualité, à la continuité età la sécurité d'un service Installer et configurer les éléments nécessaires à la qualité et à lacontinuité du service Assurer la mise à jour d’un service Valider et documenter la qualité, la continuité et la sécurité d'unserviceEn SISR5 : Installer et configurer une solution de contrôle et de surveillance descommunicationsEn SLAM4 : Programmer et/ou adapter un composant logiciel (développer ouadapter un plugin GLPI)En SLAM5 : Valider et documenter une solution applicativeOutilsServeur Linux Debian Squeeze ou ultérieur, Apache, PHP, OpenSSL, Perl,MySQL, OCS Inventory NG (version 2.0.5), OCS Inventory reports (version2.0.5), GLPI (version 0.84.8)Clients : Windows Seven, Linux Debian ou autres distributions, OS X.Ocs inventory-agent (2.0.5)Sites officiels :http://www.glpi-project.org/Documentation en français sITIL, OCS Inventory, GLPI, Gestion de parcs, Gestion des configurations,inventaire, architecture 3-Tier, SNMPDurée8 heuresAuteur(es)Apollonie Raffalli et Cécile Pignon-Nivaggioni notamment pour la partiespécifique à la spécialité SLAMhttp://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 2/44

La gestion du parc informatique recouvre non seulement la fonction d'inventaire de ceséléments mais aussi celles concernant le suivi et l'évolution : Gestion de l'emplacement du matériel ; Gestion des partenaires (fabricants, fournisseurs, transporteurs, prestataires.) etdes contacts associés ; Gestion des contrats (prêt, location, leasing, assurance, maintenance et prestation) Gestion des licences logicielles ; Le télé-déploiement de logiciels ; Gestion financière des éléments d'inventaire (matériel loué ou acheté,amortissement) ; Gestion du cycle de vie de chaque élément ; Gestion des incidents ; Gestion de la documentation informatique (base de connaissance, FAQ, etc.) ; Gestion statistique (nombres d'interventions, coût des consommables, etc.) ; Prévision des besoins (aussi bien matériels, logiciels que de formation en exploitantnotamment les résultats statistiques de la gestion de parc).OCSInventory permet de réaliser automatiquement une première collecte des matérielscomposant le parc informatique d'une organisation ; il assure donc la connaissance duréseau, du nombre de postes, de l'utilisation des licences et permet de répondre à un certainnombre de questions (à quel endroit se trouve le matériel, quelles sont les versions deWindows installées et sur quels postes, quels sont les logiciels installés, etc) mais nepermet pas une véritable gestion car : il n'intègre pas, en natif, des éléments fondamentaux comme les élémentsd'interconnexion, le lien entre ces éléments et les machines du parc, la gestionadministrative et financière du matériel, l'évolution du matériel (historique desmouvements) et la gestion des incidents qui permet notamment de prendre encompte les utilisateurs et leur satisfaction ainsi que de faire baisser les coûts dusupport ; il ne permet pas de de modifier et donc d'ajuster la plupart des valeurs et quand il lepermet (pour le tag) il n'accepte pas la modification massive (plusieurs éléments enmême temps).Actuellement, la tendance des DSI (Direction des Systèmes d'Information) est à l'adoptiond'un référentiel commun de bonnes pratiques quant à ses processus métier.ITIL (Information Technology Infrastructure Library) est le référentiel de "bonnes pratiques"majoritairement adopté par les DSI ; il couvre essentiellement les métiers de la productioninformatique et du support.Un logiciel de gestion de parc, tel GLPI, incluant notamment une véritable gestion desconfigurations et l'assistance aux utilisateurs représente l'élément central pour appliquer lesrecommandations ITIL.L'objectif de ce deuxième Coté Labo est d'approfondir les notions de gestion d'unparc informatique en montrant comment l'outil GLPI (Gestion Libre de ParcInformatique), couplé à OCSInventory, permet de mieux répondre à la problématiqueglobale de gestion de parc en : intégrant automatiquement plus d'éléments dans son parc comme les élémentsd'interconnexion ; incluant notamment des éléments de gestion des évolutions, de gestionadministrative et financière des services informatiques.La gestion financière d'un parc informatique et la gestion des incidents seront étudiées dansdes productions à venir.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 3/44

Contexte logistique et matérielLe contexte est le même que celui du précédent Coté Labo. Vous disposez d'au minimumdeux postes, même si trois ou quatre postes est préférable 1 : un poste pour le serveur qui va accueillir le service de gestion d'inventaire ; un ou plusieurs postes clients disposant éventuellement de systèmesd'exploitation distincts y compris OS X.Les plateformes peuvent être situées sur le même réseau ou sur des réseaux distincts.Vous avez au minimum : installé OCSInventory ; Importé la base de données initiale ; appliqué le script de mise à jour des tags.Nous allons installer l'application GLPI (gestion Libre de Parc Informatique) qui, en liaisonavec OCSInventory va nous permettre d'importer les éléments et de gérer ledit parc.Les salles informatiques du lycéeLes salles informatiques du lycée sont les suivantes :Bâtiment 1Bâtiment 2Bâtiment 3Étage 0P01, P02, P03, 001, 002,003CDIÉtage 1106, 107, 108, 109, 110, 200, 201, 202, 203, 204111, 112, 113, 114, sdp, LT310, 311, 312, 313, 314,315, 316, 318Étage 2P10, P11, P12, P13, P14, 210, 211, 212, 213, 214, 321, 323, 324, 325, 326,P15, P16, P17, P18215, 216, 219327, 328, 329, svtÉtage 3220, 221, 222, 223, 224, 330, 331, 332, 333, 334,225, 226, 227, 228, 229335, 336, 338, 339Étage 4231, 232, 233, 234, 235, 236Actuellement, la totalité du parc informatique du lycée n'est pas encore complètementinventorié.La politique de nommage des STA du lycéeDepuis cette année, au lycée Laetitia Bonaparte, une nouvelle nomenclature pour les postesest utilisée : numéro-de-la-salle numéro-du-poste.Par exemple le premier poste de la salle 231 aura pour nom : 231 01.Il existe cependant des cas particuliers, comme la salle des professeurs, le CDI ou lelaboratoire de « SVT » qui ne possèdent pas de numéro.Ainsi, par exemple, les postes de la salle des professeurs seront nommés : sdp numérodu-poste.Le premier poste de la salle des professeurs aura pour nom : sdp 01.Pour les serveurs, le nom est construit de la façon suivante :« serv » suivi du rôle du serveurPar exemple, le serveur sur lequel sont installés les outils de gestion de parc sera nommé :servGestParc.1 Il est également possible d'utiliser des machines virtuelles.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 4/44

Le serveur de Gestion Libre de Parc Informatique – GLPILe serveur GLPI peut s'appuyer sur le serveur OCS pour la remontée automatisée deséléments et lui apporte une valeur ajoutée considérable au niveau de la gestion de ceséléments : Une interface de gestion des éléments plus complète Toutes les informations peuvent être modifiées Des informations peuvent être ajoutées Possibilité de classer et hiérarchiser les éléments inventoriés Gestion des documents liés aux éléments d’inventaires (contrats, rapports, etc.) Des droits d'accès aux données plus complets avec une gestion de profil Une gestion comptable et financière des équipements Gestion des fournisseurs, des contacts, des stocks, des plannings, desréservations, etc. Création de statistiques La gestion des demandes d'assistance (Helpdesk) Émissions de tickets incidents Gestion des attributions, des notifications, des suivis Automatisme de gestion des pannes FAQ et base de connaissances Les nombreux plugins qui contribuent à démultiplier les fonctionnalités de GLPI etc.La carte heuristique suivante propose une vue synthétique (non exhaustive) desfonctionnalités de GLPI :http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 5/44

Déroulement de la séquenceIl est rappelé que vous avez au minimum : installé OCSInventory ; Importé la base de données initiale ; appliqué le script de mise à jour des tags.1. Installation et configuration de GLPI (aide en annexe 1)Remarque: cette application, installée à partir des sources, doit parfaitement s'intégrerdans votre environnement service Web, service de bases de données et serveur de nomsde domaine. Installez GLPI dans le répertoire /usr/share. Configurez et activez le site virtuel sur Apache2 de manière à accéder à l'applicationen ligne avec un nom pleinement qualifié (vous devez donc configurer votre serveurDNS en conséquence). Sécurisez l'accès de l'application à la base de données en créant un utilisateur glpiavec tous les privilèges uniquement sur la base de données « glpi » et en modifiantle fichier « config db.php » en conséquence. Procédez aux autres modifications nécessaires pour sécuriser l'accès à l'application.2. Synchronisation avec OCS (aide en annexe 2) Installez le plugin Ocsinventoryng et procédez à sa configuration. Importez les différents éléments. Configurez la synchronisation automatique.3. Gestion de l'inventaire (aide en annexe 3) À partir du menu Parc, visualisez le détail des éléments inventoriés et procédezéventuellement à quelques ajouts et modifications. Créez une arborescence de localisation pour les salles 201 et 202. Importez, dès que vous l’avez obtenu des SLAM, le script de mis à jour des lieux. Associer aux ordinateurs des salles 202 et le document technique qui répertorie lesystème et les applications installés. Ce document « docSTAsallesSIO.pdf » doit êtreplacé dans une rubrique "Documentation technique" à créer préalablement oupendant la création du document.4. Collecte automatisée des matériels via SNMP : le plugin FusionInventory (aide enannexe 4) – Spécialité SISR Installez le plugin FusionInventory et procédez à sa configuration générale. Installez un agent FusionInventory sur un poste (qui peut être votre serveur) qui aaccès au réseau que vous voulez découvrir. Procédez à la découverte des actifs réseau (après avoir vérifié que vous avez aumoins un matériel avec un agent SNMP activé). Importez éventuellement le(s) matériel(s) découvert(s) (nécessaire s'il(s) setrouve(nt) dans le « matériel inconnu ») et procédez à l'exploration du (des)matériel(s). Donnez des exemples d'OID remontés avec leur valeur correspondante. Trouvez une information supplémentaire que vous voudriez connaître, ajoutez l'OIDcorrespondant et faites remonter l'information.5. Gestion des lieux et mise à jour des STA et des serveurs inventoriés (aide enannexe 5) – Spécialité SLAMPréalableLe script permettant d'obtenir une mise à jour automatique des lieux (TAG) de chaque STAet serveur inventoriés dans OCS a été appliqué.Lors de la synchronisation avec OCS, les lieux ont été automatiquement créés dans GLPI.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 6/44

Cependant, la totalité du parc informatique du lycée n'étant pas, à ce jour, complètementinventorié, il est nécessaire de créer les lieux manquant ainsi que l'arborescence complètedes bâtiments et étages du lycée.L'objectif est ici d'automatiser la gestion des localisations des STA et des serveursinventoriés dans GLPI : Donnez le nombre de niveaux nécessaires pour définir l'arborescence des lieux dulycée. Proposez un script SQL « creationBatEtage.sql » permettant d'ajouter dans la basede données (s’ils n'existent pas) tous les bâtiments et étages du lycée sachantque : les bâtiments seront notés : B1, B2 et B3 ; les étages seront notés : E0, E1, E2, E3 et E4.Le script « glpiMajLieux.sh » (accompagné du fichier « listeSalles.txt ») vous est fourni.À partir de l'étude de ce script, complétez le tableau ci-dessous permettant de faireressortir le ou les points communs entre les numéros des salles : CAS DES SALLES DONT LE NOM EST UN ENTIERDeuxièmechiffre01Premier chiffre 1 ou 0Premier chiffre 2Premier chiffre 3Bâtiment 1Bâtiment 2Bâtiment 3Étage Deuxième chiffreDonc 0ÉtageLieuLieuB1 eu2Étage3Lieu À partir des informations ci-dessous, complétez le script « glpiMajLieux.sh » afin deprendre en compte les salles dont le nom n'est pas un entier.CAS PARTICULIERSNom de la salleLocalisationsdp ou LTB1 E1CDIB3 E0svtB3 E2Commence par P Deuxième chiffre 0B1 E0Deuxième chiffre 1B1 E2Testez et vérifiez que la localisation de chaque ordinateur a bien été mise à jour.Envoyez une archive aux SISR contenant le script ainsi qu'une note expliquant lamarche à suivre afin de procéder à la mise à jour automatique des lieux sur leurserveur GLPI.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 7/44

AnnexesAnnexe 1 : Installation et configuration de GLPIInstallation de GLPIPour des raisons de compatibilité avec des plugins intéressants (comme FusionInventory), nousinstallerons la dernière version (actuelle) de glpi (octobre 2014) à savoir la version 0.84.8.Cette version n'est pas disponible sur Debian et doit donc être installé avec les fichiers sources.Ceux-ci sont disponibles sur le site officiel de GLPI à cette adresse rg/attachments/download/1873/glpi-0.84.8.tar.gzLes étapes sont les suivantes : Télécharger l'archive.Via winscp Décompresser l'archive.tar xzvf nom archive .tar.gz Installer les fichiers décompressés sur l'espace disque (accessible directement par le Web ouvia la configuration d'un site virtuel) : par exemple dans /var/www (à adapter).Plutôt dans /urs/shareDu coup il faut configurer l'aliasvim /etc/apache2/conf-available/glpi.confAlias /glpi /usr/share/glpi Directory /usr/share/glpi DirectoryIndex index.phpOptions FollowSymLinksAllowOverride Limit Options FileInfo /Directory a2enconf glpiservice apache2 reloadNe pas oublier d'attribuer les droits du propriétaire et du groupe à www-data.chown -R www-data:www-data /usr/share/glpiPour procéder à l'installation et à une première configuration, il faut se rendre à l'adressehttp:// serveur /glpi avec un navigateur web pour avoir l'écran suivant :Ne fonctionne pas si on n'a pas créé d'alias !http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 8/44

Vous acceptez ensuite les termes de la licence et continuez, puis choisissez ensuite le bouton« Installation ».http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 9/44

Le compte rootqui a les droits decréation d'unebase de donnéeshttp://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 10/44

La base de données "glpi" possède 225 tables.À noter que les paramètres d'accès à la base ne sont pas sécurisés ; les variables de connexionécrites lors de l'installation sont « root » avec son mot de passe et sont visibles dans le fichier/var/www/glpi/config/config db.php : à modifier impérativement.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 11/44

Compte administrateur : glpi/glpiCompte technicien : tech/techCompte normal : normal/normalCompte postonly : post-only/postonlyMenu principal qui permet de naviguerdans les différents modulesGestion des préférences del'utilisateur aide et déconnexionChemin permettant de situer le contexted'utilisation de la zone de travailZone de travail principalEn fonction du profil de l'utilisateur, l'interface peut différer, mais on retrouvera toujours les zonesmises en évidence ci-dessus.Comme conseillé, il est nécessaire, au moins en production de modifier les mots de passe par défautdes utilisateurs créés à l'installation.Chaque utilisateur authentifié a la possibilité de modifier ses préférences dont ses informationspersonnelles comme le nom, prénom, adresse de messagerie, etc, sauf si les champs proviennentd'un annuaire LDAP.Il peut aussi spécifier certains comportements par défaut de l'application (nombre de résultats parpage, etc.)En cas de dysfonctionnement de GLPI, l'utilisateur peut sélectionner le mode debug demanière à ce que GLPI affiche les erreurs, les valeurs des variables, les requêtes, etc. et desinformations complémentaires via l'onglet « notifications ».La meilleure façon d'avoir un aperçu de toutes les fonctionnalités est de parcourir les différentsmenus.http://www.reseaucerta.org CERTA - novembre 2015 – v2.0Page 12/44

Annexe 2 : Synchronisation entre GLPI et OCS : le plugin ocsinventoryngLes plugins permettent d'ajouter des fonctionnalités à GLPI. Vous trouverez la liste des plugins classéspar catégorie à cette adresse : http://plugins.glpi-project.org/.Pour peupler l'outil de gestion de parc « glpi », une méthode simple reste la synchronisation avec OCSqui, depuis la version 0.80 de GLPI, se réalise via le plugin ocsinventoryng :« Ce plugin permet de synchroniser GLPI avnatif de GLPI et d’apporter les fonctionnalités du pluginmassocsimport afin d’offrir une meilleure compatibilité et évolutivité avec OCS Inventory. Il estcomposé d’un script (PHP ou Shell) permettant d’automatiser l’import et la mise à jour des machines(le mode OCSNG doit être opérationnel). Une interface affiche la liste des scripts en cours outerminés, ainsi que l’ensemble des données qui s’y rattachent. »Ce plugin est téléchargeable à l'adresse sinventoryng-1.0.3.tar.gzVous trouverez sa documentation à cette adresse :https://forge.indepnet.net/proje

Gestion de la documentation informatique (base de connaissance, FAQ, etc.) ; . d'un référentiel commun de bonnes pratiques quant à ses processus métier. ITIL . laboratoire de « SVT » qui ne possèdent pas de numéro. Ainsi, par exemple, .

Related Documents:

Un logiciel de gestion de parc incluant notamment une gestion des configurations et l'assistance aux utilisateurs représente l'élément central pour appliquer les recommandations ITIL. L'objectif de ce Coté Labo est de simuler, dans le laboratoire réseau, la gestion d'un parc informatique.

Gestion de la documentation informatique (base de connaissance, FAQ, etc.) ; . référentiel commun de bonnes pratiques quant à ses processus métier. . L'objectif de ce TP est de simuler, dans le laboratoire réseau, la gestion d'un parc informatique

Gestion de la documentation informatique (base de connaissance, FAQ, etc.) ; . l'adoption d'un référentiel commun de bonnes pratiques quant à ses processus métier. ITIL . L'objectif de ce TP est de simuler, dans le laboratoire réseau, la gestion d'un parc

Le parc locatif social en Rhône-Alpes au 1er janvier 2009 5 Le parc locatif social total et offert à la location par département Rhône-Alpes, EPLS au 01/01/2009 source : MEEDDM-SOES-DREAL Rhône-Alpes parc locatif social (1) dont logements offerts à la location (2) parc pour 1000 habitants (3) Ain 36 346 35 698 63,3

Le parc locatif social francilien s’accroît de 1,6 % au cours de l’année 2017 Au 1erjanvier 2018, lle parc locatif des bailleurs sociaux compte 1 326 500 logements dont 1 284 400 forment le parc locatif social (figure 1). L’ensemble de l’analyse portera uniquement sur le parc locatif social*.

Le parc locatif social en Île-de-France au 1er janvier 2015 Au 1 er janvier 2015, le parc locatif social francilien (parc locatif des bailleurs sociaux hors logements non conventionnés des SEM) compte 1 221 000 logements, soit plus du quart du parc métropolitain (voir encadré page 3).Entre le 1 er janvier 2014 et le 1 er janvier 2015, le nombre de logements sociaux a augmenté en Île-de .

Le parc locatif social au 1 er janvier 2005 Le Département de la REUNION compte 48 836 logements locatifs sociaux au 1 er janvier 2005, ce qui représente un peu plus de 21% du parc des résidences principales * telles que définies par la loi SRU. Ce niveau témoigne d'un accroissement significatif du parc locatif social qui avec 3,5% en .

Part et évolution des logements sociaux Parc locatif social au 1er janvier 2019 Source SDES-RPLS 2018 et 2019 - Filocom 2017 m Un quart de logements individuels Le parc locatif social normand se compose de près d’un quart de logements individuels (24 %). C’est 8 points de plus que le parc locatif social de la France métropolitaine (16 %).

Le parc locatif social en Champagne-Ardenne au 1er janvier 2014 logements entrés dans le parc social régional depuis 2010. Cette proportion était de 50 % entre 2000 et 2009. Les logements de 1 et 2 pièces comptent pour 22 % du parc social, les logements de 3 ou 4 pièces représentent 64 % et les logements de 5 pièces ou plus, 14 %. La .

Le parc locatif privé français compte 6,5 millions de logements, soit au total 22,8% des résidences principales. S’il reste majoritaire dans l’ensemble du parc locatif, l’écart avec le parc locatif social s’est amenuisé au cours des trente dernières années.

Dans ce cadre, le parc locatif social fait partie des plus exemplaires, dans la mesure où la proportion de logements les plus énergivores (DPE E, F et G) est limitée à 25 % de ce parc, contre 41 % au niveau de l’ensemble du parc de logements existants. Le parc locatif social a pour vocation de continuer à constituer un exemple, pour .

DONNEES DE CADRAGE SUR LE PARC LOCATIF SOCIAL En 2003, le parc des organismes HLM et le parc des SEM représente 3 571 681 logements en métropole et 88 711 logements dans les départements d’outre mer (DOM) soit 16% des résidences principales en métropole et 16,5 % dans les DOM. En métropole, 97,1% de ces logements sont conventionnés. Le .

Introduction : Définition L¶informatique de gestion est l'ensemble des connaissances, des technologies, et des outils en rapport avec la gestion de données, c'est-à-dire la

2.3 Sistemas Integrados de Gestión (SIG) Las organizaciones en las décadas de los 90 y en los años trascurridos del 2000, han implementados Sistemas de Gestión de manera separada, iniciando en la mayor parte de los casos con el Sistema de Gestión de Calidad y continuando con los Sistemas de Gestión Ambiental y los Sistemas de Gestión en .

Plan du cours I Contrôle de gestion stratégique II Contrôle de gestion opérationnel : gestion budgétaire 2 Chapitre I : Généralités sur la gestion budgétaire Chapitre II :Budget des ventes Chapitre III : Budget de production A Standards et coûts préétablis

Refonte d'une application web de gestion centralisée des utilisateurs DUT informatique 2017/2018 . Table des Matières 1 . Chargés de mission base de données et développement web Gestion Gestion avec les . Interface graphique

Gestion d’un système de base de connaissances hiérarchique 5. Fonctionnement de GLPI Le serveur GLPI s’appuie sur le serveur OCS pour la remontée automatisée des éléments et lui apporte une valeur ajoutée considérable au niveau de la gestion de ces éléments :

infrastructures d'accès (Application delivery), l'industrialisation du poste de travail (Itil, Supervision, Télédistribution), les annuaires et la gestion de l'identité. Reconnu depuis 25 ans comme une entreprise innovante, et avec aujourd'hui plus de 300

Le parc locatif des bailleurs sociaux en 2011 4 Les principaux enseignements Le parc locatif social en Pays de la Loire compte 13,0 logements pour 100 résidences principales Au 1 er janvier 2011, la région des Pays de la Loire compte 203 931 logements locatifs sociaux (LLS), soit

ASAM FOLAT (FOLIC ACID) Berbentuk kristal kuning oranye, tidak berasa, tidak berbau Tahan cahaya matahari bila dlm larutan asam Fungsi utama : pematangan sel darah merah Kekurangan : anemia, lelah Sumber : sayuran hijau, hati, gandum, kacang hijau, daging, ikan Kebutuhan : Lk 170 mg, Pr 150 mg . Tugas 1. Sebutkan pengelompokkan vitamin 2. Jelaskan penyebab dan terjadinya anemia pada wanita ! 3 .